Compte-rendu subjectif de l’Assemblée Générale 2016

Que c’était bien à Toulouse ! On avait le temps de se rencontrer et d’avancer au travers de la montagne de travail à abattre…

Le retour à la réalité est d’autant plus dur… Déjà trois quatre semaines depuis le FabLab Festival, et aucun compte-rendu n’a été publié… Bouuuuh !

Commençons par le compte rendu formel de l’AG proprement dite :

  • le rapport moral du président à été adopté,
  • le bilan comptable a été adopté (nous avons reçu 1.500€ d’adhésions et nous avons environ 100€ de frais — Journal Officiel et assurance),
  • le règlement intérieur a été discuté (en tout cas les définitions au début du document) et adopté (j’y reviendrais plus bas),
  • et le nouveau Conseil d’Administration a été élu,
  • puis, après l’AG, le Conseil d’Administration à élu en son sein le bureau.

Où allons-nous maintenant ?

Le Conseil d’Administration s’est réuni dans sa tour d’ivoire (j’en reparle plus bas) pour pour réfléchir à ce que nous voulions avoir fait lors de la prochaine Assemblée Générale, et nous avons identifié plusieurs axes :

Rédaction d’un livre blanc

Premièrement, la publication à l’automne d’un livre blanc qui présente des éléments d’appréciation pour distinguer ce qui est un FabLab de ce qui est un espace avec des machines de fabrication numérique. Ce document est plutôt pensé à destination des collectivités territoriales, mais il pourra être utile à tous les interlocuteurs des FabLabs. La rédaction de ce livre blanc va passer par l’établissement d’une photographie de l’état actuel du réseau. Attendez-vous à être contactés dans les deux mois qui viennent par les personnes qui porteront le projet (que vous pouvez rejoindre).

Création d’un Conseil Scientifique

L’adoption du règlement intérieur entraîne aussi la création d’un Conseil Scientifique, qui sera présidé par Camille Bosqué (qui est aussi membre du Conseil d’Administration). Le rôle essentiel de ce Conseil Scientifique est de faire un suivi des recherches scientifiques en cours qui ont trait aux FabLabs, dans tous les domaines d’études (Sciences, Économie, Sociologie, Éducations), mais il pourra aussi répondre à des questions spécifiques posées par le réseau.

Réflexion sur la documentation

Un état des lieux est en cours en partenariat avec les acteurs qui sont au plus proche de la documentation. L’analyse des plateformes de documentation actuelle, pour essayer de les faire coexister sans leur enlever leur singularité, est un enjeu de taille pour réussir un bon agrégateur. Nous espérons aboutir sur un outil de centralisation des projets réalisés dans les FabLabs et tiers-lieux sans avoir à uniformiser le réseau de documentation existant. Un enjeu de taille avec un projet conséquent que nous allons essayer de mener avec tous les acteurs de terrain du moment. Si vous aimez documenter, partager, agréger des données, coder et bien d’autres choses, vous êtes les bienvenues pour aider au projet !

Quels sont les sujets que je souhaite voir abordés lors de cette première année ?

Dans cette section, vous trouverez des points que je souhaite voir abordés dans l’année…

Sécurisation juridique des FabLabs

Ensuite, il nous a semblé qu’il y a actuellement deux points juridiques auxquels apporter des réponses rapidement :

  • les contrats de travail des Fab Managers (pour les FabLabs qui ont la chance de pouvoir faire un tel contrat) : si vous voulez que ce soient les utilisateurs qui ouvrent le lieu, maintiennent les machines, assurent les formations, cela ne doit pas relever des missions du Fab Manager, sous peine de tomber potentiellement sous le coup du travail dissimulé. Bref, nous avons besoin d’un contrat de travail modèle.
  • la charte des Fab Labs est très indicative, et ne se traduit pas formellement en droits et devoirs opposables aux usages en cas de conflit. Nous avons aussi besoin d’un modèle de conditions générales d’utilisation qui soient utilisables le jour où un conflit juridique aura lieu (par exemple entre deux usagers. Et la question n’est pas de savoir si ça aura lieu, mais bien sûr quand…).

Pouvoir recevoir des dons pour un FabLab

Il n’est pas certain que ce soit possible, mais ce serait un grand plus pour tous nos membres si les dons qui leur serait faits (en numéraire comme en nature — par exemple des machines) étaient déductibles à 66% des impôts. Cela serait peut-être possible via l’association Réseau Français des FabLabs (il y aurait des frais), mais pour plus de sécurité juridique, nous devons avoir l’aval de l’administration fiscale pour émettre des reçus fiscaux.

Un ou plusieurs salariés

Nous convenons tous que la charge de travail par rapport à l’objet de l’association est forte, tant dans l’animation du réseau que dans les relations avec nos partenaires en France, en Europe et dans le monde. Je pense qu’il y a suffisamment à faire pour occuper une ou plusieurs personnes à plein temps… Reste à trouver des financements pour ce poste, puis la personne qui saura tout mettre en œuvre.

La mutualisation des frais d’assurance

Il devrait aussi être possible de négocier avec une assurance un contrat type qui puisse couvrir tous les membres FabLabs qui le demanderaient, et qui permette à un membre Usager de circuler entre les différents labs sans payer à chaque fois une nouvelle assurance (les frais de gestion de chaque lieu restant à leur discrétion).

Quels seront les sujets à trancher lors de la prochaine Assemblée Générale

Un collège spécifique aux Fab Managers

Quelques personnes ont fait part de leur surprise de ne pas voir les Fab Managers formellement représentés dans les collèges de l’association. Lors de la rédaction des statuts de l’association, il nous avait semblé que les Fab Managers étaient représentés dans le collège des FabLabs via la personne morale à laquelle ils appartenaient (qu’ils soient employés ou bénévoles).

Il faudra donc débattre cette année pour savoir si cette représentation est suffisante ou non, et s’il faut créer un nouveau collège. Et si c’est le cas, si ce collège a un pouvoir décisionnaire ou consultatif à l’assemblée générale, ainsi que la nouvelle répartition du pouvoir de décision à l’assemblée générale entre les collèges, et bien sûr les questions de la définition de ce qu’est un membre du collège des Fab Managers dans le règlement intérieur et de l’élection d’un ou plusieurs membres du collège au sein du Conseil d’Administration…

On se retrouve sur cette question à la fin de l’automne si personne n’a abordé cette question avant.

Les bugs du Règlement Intérieur : l’association est animée par ses membres

Et bien sûr, dans les minutes qui ont suivi l’adoption, les premiers bugs ont été remontés… À savoir que le Conseil d’Administration est dans le règlement intérieur responsable de l’animation de l’association, ce qui est une erreur majeure. Chaque membre de l’association est bien entendu responsable de son animation, et peut proposer sur les listes de discussion ou sur le forum tout sujet qu’il lui semble important de débattre.

Mais il est vrai que être élu au Conseil d’Administration à une force symbolique qui vous porte et vous pousse à vous impliquer plus lourdement. J’espère bien réussir à changer ça, au delà du changement de texte du Règlement Intérieur  !

 

Candidature française pour l’organisation de FAB 14

Chaque année, le réseau mondial des FabLabs se réunit physiquement pendant une semaine pour débattre, échanger et partager. Cet été, Fab12 a lieu à Schenzen (Chine), l’année prochaine, Fab13 aura lieu à Santiago du Chili, et la ville qui accueillera Fab14 reste à désigner (ce qui se fera pendant ou juste après Fab12).

Le Réseau Français des FabLabs, le FabLab Artilect et le collectif Fab City Grand Paris [1] vont présenter en août une candidature commune à Fab12 pour organiser l’évènement en France.

Cela permettra de s’appuyer sur l’expérience d’Artilect acquise depuis 2011 dans l’organisation du FabLab Festival, sur la dynamique en cours en région parisienne autour du projet Fab City, et aussi sur le dynamisme du réseau sur le territoire national (la France est le second pays au monde en termes de nombre de fablabs référencés Fab Foundation).

À cette date, l’ébauche de programme imaginé par l’équipe qui travaille sur cette question prévoit :

  • 5 jours de rassemblement à Toulouse dont 4 jours concernant les Fablabs sous forme de conférences et de workshop + 1 journée de symposium, (du lundi au vendredi, avec un objectif de plus de 1.000 FabLabs représentés),
  • puis 2 jours de fablab festival distribué où chaque FabLab de France pourra proposer un temps de découverte pour tous, en profitant de la couverture presse de l’événement (samedi et/ou dimanche),
  • enfin 2 jours de séminaire autour de la thématique Fab City à Paris.

L’organisation de Fab14 en France est une formidable opportunité, car cela permettra :

  • de mettre en avant l’utilité des fablabs dans la société et leur rayonnement auprès des mondes politique, éducatif, économique, associatif…
  • de faire émerger d’ici 2 ans de nouvelles FabCity et FabRégion
  • de consolider le réseau national et international en faisant collaborer de nombreuses structures pour l’organisation d’un tel événement.

Mais cette candidature ne se fera pas sans votre aide : nous avons besoin du plus de parrainages possibles. Les vôtres, mais aussi ceux de vos relations politiques, économiques ou associatives. Nous avons trois semaines pour rassembler le plus de lettres de soutien possible pour étoffer notre candidature.

Pour soutenir la candidature française à l’organisation de fab14 en 2018, chaque fablab qui le souhaite peut  :

  • écrire une lettre de soutien à la candidature française (rtf/template-lettredesoutienfab14france.rtf)
  • préparer des lettres de soutien à faire signer par des associations, des entreprises, des maires, présidents d’agglomération, président de conseil départemental et président de conseil régional.

Vous pouvez envoyer les lettres de soutien à contact@fablab.fr ou par voie postale à RFFLabs, chez Artilect, 27bis Allée Maurice Sarraut, 31300 Toulouse.

À vous de jouer.

Olivier pour le réseau Français des FabLabs, Nicolas pour Artilect, Minh pour le collectif Fab City Grand Paris

Documents joints

[1] Le collectif Fab City Grand Paris rassemble différents acteurs impliqués dans le projet de Fab City à Paris et dans sa proche banlieue, dont WoMa, Volumes, les Arts Codés, Ouishare

Réseau Français des FabLabs : publication d’un livre blanc à destination des collectivités territoriales

Suite à son assemblée générale en ouverture du FabLab Festival à Toulouse le jeudi 5 mai 2016, l’association Réseau Français des FabLabs a décidé de publier un livre blanc à destination des collectivités territoriales.

Communiqué de presse,

Toulouse, le jeudi 5 mai 2016

Les premiers objectifs de l’association sont de publier un livre blanc à destination des collectivités territoriales pour favoriser et accompagner les projets de FabLabs présents sur leur territoire, diffuser les bonnes pratiques et documenter des réponses collectives aux problèmes actuels.

RFFLabs proposera des outils structurants qui aideront à la consolidation de la communauté des FabLabs et à la documentation de leurs projets.

Le Conseil d’Administration nouvellement élu est composé de 12 membres : les FabLabs Albilab (Albi), Artilect (Toulouse), Atelier des Beaux Boulons (Auxerre), Kelle Fabrik (Dijon), LabSud (Montpellier), La Machinerie (Amiens), Lorraine Fab Living Lab (Nancy), SquaregoLab (Perpignan), le projet de FabLab Arboré’Sign (Ramonville St Agne), et Camille Bosqué, Olivier Gendrin et Claude Soria.

Le conseil d’administration s’est réuni pour élire le bureau, composé de :

  • Président : Olivier Gendrin
  • Vice-président : Artilect
  • Trésorier : Claude Soria
  • Secrétaire : LabSud
  1. Olivier Gendrin, nouveau président, a déclaré : « Ce sont plus de deux ans de travail de préparation qui se concrétisent aujourd’hui, et je suis très content de voir que déjà plus de 55 personnes physiques et morales (associations, universités, entreprises, particuliers…) ont adhéré à l’association, ce qui montre bien que l’attente est forte au sein du réseau pour une forme de soutien et de support. »

Créée en 2016, l’association Réseau Français des FabLabs a pour but de :

  • Rassembler les structures françaises dont l’objet est d’animer, à titre principal ou accessoire, un espace ouvert de fabrication (FabLab), participant au réseau international des “FabLabs” ;
  • Représenter ses membres auprès des pouvoirs publics et administrations ainsi que des autres organisations en Europe et dans le monde ;
  • Apporter accompagnement, conseils et appui à ses membres ;
  • Communiquer sur les actions, réalisations et bénéfices du réseau des Fablabs ;
  • Permettre aux FabLabs de se rapprocher pour mutualiser des moyens, du matériel, et développer des projets en commun.

Contacts : presse@fablab.fr. Olivier Gendrin : +33 6 62 81 38 32, Artilect (Nicolas Lassabe) : +33 6 09 03 18 23.

 

Assemblée Générale 2016

L’assemblée Générale 2016 de l’association aura lieu le jeudi 5 mai à partir de 10h30 et jusqu’à épuisement de l’Ordre du Jour, dans les locaux d’Artilect (27bis Allée Maurice Sarraut, 31300 Toulouse).

Des représentants de l’association seront présents dès 09h00 pour partager un café et répondre aux questions des personnes présentes (ainsi que collecter les dernière adhésions).

Ordre du jour

  • Dernier appel à candidatures pour l’élection des nouveaux administrateurs,
  • bilan moral,
  • bilan financier,
  • adoption du règlement intérieur,
  • débat ouvert,
  • élection du nouveau Conseil d’Administration.

Rapport moral de l’association pour l’année 2015

Les rapports avec l’environnement & Le passé de l’association

L’année dernière à la même date, ou à quelques jours près, nous étions tous présents au FabLab Festival 2015. Ce fût une surprise incroyable de voir une communauté Française désireuse de se rassembler afin de créer un réseau national. Plus d’une quarantaine de FabLabs ont apposé le nom de l’entité qu’ils représentaient sur un tableau commun afin de signifier leur appartenance à ce futur réseau. Suite au Festival et la motivation que celui-ci avait engendré, le quotidien reprit le dessus pour un grand nombre de FabLabs Français, ce qui créa une désillusion aux yeux de tous. La peur que le Réseau Français des Fablabs Français ne voie pas le jour surgit. Or il est important de savoir que lorsque des Makers ont une idée derrière la tête, elle se réalise un jour ou l’autre.

Les 10 et 11 novembre derniers, suite à de nombreux échanges en ligne en amont, une grande partie des FabLabs ont pu se réunir à la Cité des Sciences à Paris et échanger afin de définir et de finaliser les statuts. Ces statuts ont pu être finalisés car une commission de plusieurs personnes avait en amont déminé le terrain et réfléchi sur le sujet. Suite à cette rencontre réelle qui fût riche en échanges, partages et collaborations, pour trouver des consensus sur de nombreux points, nous avons continué les rencontres sur internet, jusqu’à définir le jour de l’assemblée constitutive du réseau. Le lundi 14 décembre, à 20h00, une vingtaine de labs étaient présents sur une plateforme de conférence en ligne et l’assemblée constitutive a eu lieu. Parmi la vingtaine de personnes présentes 4 personnes ont souhaité se présenter au CA temporaire, celui qui créerait l’association et réaliserait une partie des tâches de démarrage. Un tirage au sort a été réalisé au sein du groupe afin de déterminer les différentes fonctions du bureau temporaire. Une des personnes choisies a eu des problèmes de santé ce qui fait que le CA s’est composé finalement de trois personnes. Nous arrivons désormais à aujourd’hui et nous avons réalisé à l’aide d’Olivier et d’autres personnes la plupart des tâches qui nous étaient incombées.

Les rapports avec l’environnement

Les FabLabs sont une réelle révolution. Comme vous le savez tous dans cette salle, les FabLabs sont un réseau mondial composé d’actuellement 643 FabLabs référencés sur la plateforme par la Fab Foundation et de nombreux autres en construction ou encore non référencés. Qu’apportons nous à ce réseau mondial pour le moment ? Avons-nous réellement permis d’engendrer une évolution de conscience ? Quelle est notre vocation ? Comment allons-nous l’amener ? Sommes-nous juste des laboratoires de fabrication numérique ? Le réseau national est à mon sens, une des réponses possibles à ces questions.

Malheureusement nous passons trop de temps à configurer nos machines. Nous passons trop de temps à faire de la comptabilité. Nous passons trop de temps à chercher des financements pour faire des projets. Nous passons trop de temps à communiquer sur nos outils plutôt que sur nos réalisations. Nous passons trop de temps à dire que les FabLabs vont changer la vie mais nous devons pour cela apprendre à nous changer nous-mêmes et à nous adapter à la mouvance qui en découle.

Nous sommes à une époque charnière. Tous les FabLabs de France sont atypiques et plein de singularités. C’est ce qui fait notre force et notre cohésion mais nous ne pouvons pas continuer à avancer sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences que nos actes engendrent.

Nous sommes comme des locomotives qui avancent en parallèle mais qui ne se croisent que très rarement. Nous sommes dans une situation où chacun obtient la connaissance individuelle plutôt que collective. Nous sommes en recherche constante d’évolution en omettant souvent que notre évolution passe par celle des autres. Nous sommes dans une situation délicate où de nombreux membres du réseau ont du mal à subsister financièrement parlant. Nous sommes dans le réseau mondial mais nous avons du mal à œuvrer avec celui-ci.

De nombreuses initiatives débutent à de nombreux endroits afin de fédérer les différentes régions et faire en sorte que l’action s’ancre à des niveaux plus locaux. De nombreuses initiatives collectives et personnelles commencent à émerger partout en France aboutissant à des projets de plus en plus fantastiques et humains. Nous avons aujourd’hui une étrange complexité en France car nous sommes le pays avec le plus de FabLabs déclarés en tant que tels et dont peu correspondent aux attentes de la Fab Foundation. Le terme FabLab est devenu en quelques années un outil de communication sans faille, un moyen d’innovation hors norme, un rassemblement de communautés extrêmement hétéroclites, un moyen d’utiliser des machines qui dorment dans des entreprises, un outil d’agilité dans les entreprises, un accès au concret dans des universités, un outil institutionnel pour pouvoir verser des financements publics, des micro-usines, des lieux pleins de machines numériques et tant d’autres choses que cette liste ne peut être exhaustive. Notre pays a connu un essor vertigineux des fablabs en France car les premiers qui se sont constitués ont montré un exemple fantastique des diverses capacités de tels lieux, d’autres lieux se sont convertis à devenir des fablabs car c’était la mouvance du moment, de nombreux projets ont commencé à émerger à partir du moment où des financements publics ont vu le jour pour ce genre de lieux.

Or quand nous parlons de FabLab, quelque chose résonne en chacun de nous. Pour certains c’est le désir d’indépendance et la possibilité de tout réaliser dans la vraie vie. Pour d’autres la possibilité infinie de transmettre des compétences. Pour d’autres encore ce sera purement la technologie et l’envie de bricoler… Ces sensations sont indescriptibles et c’est ce qui rend le mouvement très dur à cerner. Nous ne pouvons pas dire qui est FabLab et qui ne l’est pas mais une chose est sûre, ceux qui se considèrent comme dans ce mouvement, dans cette vague qui déferle actuellement sur le monde savent de quoi je parle actuellement. Nous avons besoin de nous structurer.

Rappel des Valeurs de l’Association

Le mot FabLab a subi de nombreux déboires. Des fois utilisé par des marques qui personnalisent des objets, d’autres fois utilisé par des politiques ou institutionnels n’en comprenant pas le sens et trop souvent utilisé à des fins commerciales malhonnêtes, ou du moins que je considère malhonnêtes. Je ne me prétends pas expert de ce domaine et je n’ai absolument pas réalisé une étude complète des FabLabs dans son ensemble, comme ont pu le faire certains d’entre nous.

En revanche, je sais que lorsque je suis venu au FabLab Festival en 2015, ce ne sont pas mes yeux, mes oreilles ou ma peau qui m’ont permis de ressentir ce festival mais bien mon cœur. La première chose que j’ai ressentie n’était pas forcément l’apport technologique, les avancées en matière d’impression 3D ou les derniers objets connectés mais bien l’ambiance chaleureuse, la proximité humaine et la bonté des gens qui y régnaient, l’écoute et l’entraide mutuelle, les échanges constructifs ou non parfois, la gaieté des gens de réaliser quelque chose en commun. Ce festival 2015 m’a fait prendre conscience que la communauté Française est pleine de personnes formidables, singulières, compétentes et collaboratives. Nous sommes désormais à l’édition 2016 et nous souhaitons que les FabLabs changent la vie.

Si nous voulons changer la vie, il va falloir que nous nous unissions pour mettre en commun des projets et nous forcer à travailler dessus. Si nous voulons changer la vie, il va falloir mutualiser des outils, des compétences et des moyens pour éviter de perdre du temps et refaire les mêmes erreurs dans tous les labs. Si nous voulons changer la vie, il va falloir que l’on réalise individuellement des efforts pour transmettre notre savoir à nos pairs et rendre nos lieux accessibles au plus grand nombre. Si nous voulons changer la vie, il va falloir que nous réalisions un réseau fort, soudé et uni.

Le réseau national de France répond à ces attentes. Or il est important pour qu’il puisse exister qu’il soit indépendant, discret et efficace, trois valeurs fondamentales.

Indépendant afin d’éviter que des lobbies quels qu’ils soient puissent en détourner l’usage à des fins commerciales, des fins néfastes ou des fins politiques.

Discret afin de ne pas être la source unique et la personne morale qui détient la vérité, chaque FabLab avec sa singularité doit être libre de son identité.

Efficace afin de mener à bien des actions collaboratives sur des projets essentiels entre les différents FabLabs.

Afin de pouvoir s’inscrire dans cette démarche indépendante, discrète et efficace, il est important que chaque FabLab, usager, sympathisant ou porteur de projet qui adhère au réseau ne se contente pas de déléguer par une somme symbolique d’adhésion son pouvoir au réseau. Nous allons devoir mettre en place de réels outils de communication interne afin d’être efficaces. Nous allons devoir mettre en place des outils nous permettant de ne plus perdre de temps sur le paramétrage machine, la comptabilité, la communication et bien d’autres aspects. Nous allons devoir trouver à l’échelle nationale les valeurs communes qui nous rassemblent plutôt que de toujours chercher celles qui nous divisent. Nous allons devoir tous nous investir dans ce projet car il ne pourra fonctionner qu’avec tous les makers et les laboratoires de fabrication. Tous les projets mis en place devront respecter les valeurs énumérées auparavant et s’ajouter dans un projet concret de communauté et de réseau à l’échelle de la France.

Il est important de rappeler que le Réseau Français des FabLabs ne va pas parasiter les projets mis en place à l’échelle mondiale et s’inscrira dans cette convergence de communauté mondiale. Son objectif sera de permettre une unité au niveau local afin de faire collaborer l’ensemble des acteurs du territoire.

Les projets

De nombreuses questions ont été évoqués sur le forum des FabLabs de France, les voici :

  • Comment va t-on financer la RFFLabs ?
  • Doit-on mettre en place des salariés au sein de la RFFLabs ?
  • Doit-on mettre en place des partenariats avec des structures d’éducation populaire ou CNAJEP ?
  • Comment va-t-on créer des synergies entre les actions régionales ou locales et le réseau ?

Nous vous faisons quelques propositions de projets ci-dessous :

  • Mise en place d’un site web utile, performant, efficace et fédérateur
  • Mise en place d’un chat interne au réseau permettant de dialoguer facilement avec le reste de la communauté.
  • Mise en place d’une matériauthèque à l’échelle nationale
  • Mise en place d’une projeauthèque commune
  • Mise en place d’une formationauthèque ?
  • Mise en place d’une documenthèque ?
  • Mise en place de liste d’outils de gestions d’associations, de fablabs, etc.
  • Récupération globale de l’information et convergence des veilles technologiques sur un seul outil ?

Je vous remercie de votre attention.

 

Bureau et Conseil d’administration 2016

Suite à l’Assemblée Générale 2016, le Conseil d’administration est composé comme suit :

  • FabLab Albilab (Albi, mandat de deux ans),
  • FabLab Artilect (Toulouse, mandat de deux ans),
  • FabLab Atelier des Beaux Boulons (Auxerre, mandat de trois ans),
  • FabLab Kelle Fabrik (Dijon, mandat de un an),
  • FabLab LabSud (Montpellier, mandat de deux ans),
  • FabLab La Machinerie (Amiens, mandat de un an),
  • FabLab Lorraine Fab Living Lab – Université de Lorraine (Nancy, mandat de un an),
  • FabLab SquaregoLab (Perpignan, mandat de un an),
  • Projet de FabLab Arboré’Sign (Eyquem, mandat de trois ans),
  • Camille Bosqué (Usagers, mandat de deux ans),
  • Claude Soria (Usagers, mandat de trois ans),
  • Olivier Gendrin (sympathisants, mandat de trois ans).

Le Conseil d’Administration s’est réuni dès la fin de l’Assemblée Générale pour procéder à la désignation du Bureau, qui est composé comme suit :

  • Président : Olivier Gendrin,
  • Vice-Président : Artilect,
  • Trésorier : Claude Soria,
  • Secrétaire : LabSud.

La prochaine Assemblée Générale Ordinaire élira donc 4 administrateurs dans le collège des FabLabs.

Bureau et Conseil d’administration 2015

Suite à l’Assemblée Générale Constitutive de l’association, ont été tirés au sort au Conseil d’Administration et au Bureau :

  • Président, le FabLab AlbiLab,
  • Vice-Président, le fabLab Club Reia
  • Trésorier, le FabLab Lorraine Fab Living Lab,
  • Secrétaire, le FabLab APEDEC.

Il est convenu que ce Conseil d’Administration est temporaire et sera démissionnaire lors de la prochaine Assemblée Générale. Son mandat est de déclarer l’association et de préparer la prochaine Assemblée Générale.